Michel Brossard 12 juin 2015

 

On connaissait Michel Brossard, auteur, éditeur, président d’associations, mais on ignorait ses talents de conférencier. C’est devant une salle comble et avec beaucoup d’émotion qu’il introduit son propos par l’évocation de sa rencontre avec Jean Huguet : « une rencontre décisive, comme quelque chose qui ressemble au destin »… 

Les maisons d’armateurs:

La ville des Sables d’Olonne connaît son apogée maritime entre le XVIe et le XVIIe siècle. Capitaines de navires, marchands, financiers, notaires devinrent armateurs. Des familles s’enrichiront dans L’armement maritime, feront fructifier leurs investissements et construire maisons et belles demeures Quelques unes ont traversé le temps. Michel Brossard nous raconte en images, en la replaçant dans son contexte historique, l’histoire passionnante de ces maisons, de la fortune de leurs familles, de leurs alliances par des mariages avec la noblesse du Poitou et de leurs acquisitions de charges honorifiques destinées à les anoblir. En voici quelques exemples choisis : Le logis Bouhier de la Bergerie, édifié dans les années 1600, rue Napoléon. Le logis Lodre des Chasteigners, la seule demeure qui subsiste sur les quais des Sables d’Olonne.

Le logis Servanteau à La Chaume du nom de son armateur André Servanteau de la Brunière, famille d’une lignée de grands marins qui s’illustrèrent pendant deux siècles au temps de Louis XIII et Louis XIV. Où l’on apprend au détour de l’histoire très documentée des riches descendants de la famille qu’une fille Servanteau a épousé un fils Brossard et que Marie, soeur de Jean Huguet, et son mari Roger Lescop ont habité autrefois le logis Servanteau

.Une journée aux bains de mer à la belle époque :

Dans la deuxième partie de la conférence, Michel Brossard nous présente une journée aux Sables d’Olonne, l’une des plus anciennes stations balnéaires de la côte atlantique comme l’atteste la plaquette imprimée de 1926 réalisée pour le centenaire de la plage. L’arrivée au Grand Hôtel de la Plage, la lecture du journal La Plage, l’heure du bain, l’heure des jeux, les cafés où l’on allait se montrer et se détendre (Le Grand Café des Bains et du Pierrot, le Grand Café de la Plage) ; les pâtisseries, glaciers et salons de thé où on succombait au péché de gourmandise, les casinos où on tentait sa chance… 

La station est fréquentée par  l’aristocratie française et étrangère et par quelques personnalités : Clemenceau, Félix Gatier, Nina d’Asty Les plus riches font construire, à l’image de cet industriel qui fait édifier un « château » sur le quai de La Chaume, au milieu d’un parc avec jardins à la française et à l’anglaise : la villa Chailley. C’est à une belle soirée que Michel Brossard nous a conviés ! Il nous a immergés dans une époque révolue de la cité portuaire et balnéaire et quelques-uns parmi nous ont soupiré de nostalgie. Mais tous ont témoigné leur gratitude à celui qui parle si bien des témoins de pierre, de chair et d’esprit lesquels ont nourri l’histoire des Sables d’Olonne.

Claude Goumoëns

michle-brossard